Enter Now

The Next Einstein COMPETITION ENTRY

ENTRY TITLE

ATLANTIDE 2040
IDEA BY: JOEL CHARRAYRE LOCATION: Other CATEGORY: Environment/Sustainability

ENTRY TITLE

ATLANTIDE 2040
IDEA BY: JOEL CHARRAYRE
LOCATION: Other
CATEGORY: Environment/Sustainability

ENTRY DESCRIPTION

Le projet « ATLANTIDE 2040 » serait proposé par l’ONU au monde entier afin de progresser vers son unité. Il consiste à construire des aéroports flottants destinés au ravitaillement en carburant ou à la recharge électrique des avions.

Le projet « ATLANTIDE 2040 » consiste à construire des aéroports flottants qui seraient placés sur les lignes aériennes transocéaniques. L’intérêt principal du projet est dans le fait qu’il serait construit grâce à la collaboration de nombreux pays et qu’il serait présidé par une agence de l’ONU qui en serait donc le propriétaire, le gérant et le protecteur. Le 2ème intérêt est qu’il devrait profiter en particulier à des pays peu développés qui pourraient fournir une partie de la main d’œuvre pour la construction et l’entretien ainsi que l’exploitation, des emplacements pour la construction et les matières premières. Les avions longs courrier actuels pourraient augmenter fortement leur charge utile. Le 3ème intérêt de ce projet est donc la réduction des gaz à effet de serre, car dans un 1er temps, les avions actuels pourraient diminuer leur charge en carburant au profit de leur charge utile. Par la suite, ces aéroports devraient accélérer l’essor des avions à propulsion électrique ou hybrides. Suggestions techniques : Des chantiers simplifiés pourraient être spécialement aménagés dans des pays pauvres sur des bords de mer en pente douce. Le plateau supérieur de la structure pourrait être construit par morceaux assemblés provisoirement de façon souple et qui seraient mis à l’eau au fur et à mesure. Ce plateau flotterait provisoirement et serait relevé plus tard à environ 30 m au-dessus de la surface, pour limiter le problème des vagues. Il reposerait sur des pilotis reliés à des flotteurs immergés sous la surface. Ces pilotis pourraient être relevés pour les opérations d’entretien, ce qui serait nécessaire car l’aéroport ne serait jamais conduit en cale sèche. L’aéroport devra bien sur produire son électricité, avec des panneaux solaires, des éoliennes et par l’énergie de la houle.